Canada’s Building Trades Unions Call for Government to do Whatever Necessary to Save Line 5

[:en]March 18, 2021 – Today, Canada’s Building Trades Unions Executive Director, Sean Strickland, addressed the House of Commons Special Committee on the Economic Relationship between Canada and the United States to discuss the potential cancellation of the easement on Enbridge’s Line 5.

“Line 5 needs to continue running, uninterrupted, until the Great Lakes Tunnel project – which will make Line 5 even safer, and boost employment in the region – is complete. If necessary, the Government of Canada should stand ready to invoke the 1977 Transit Pipelines Treaty to save it. Line 5 is a piece in a much larger puzzle, and we to have look at the whole picture. We need a bilateral, US-Canadian energy policy, one that includes workers,” said Sean Strickland, Executive Director, Canada’s Building Trades Unions. “Recently, President Biden and Prime Minister Trudeau met, and laid out a Roadmap for a Renewed U.S.-Canada Partnership. The Road Map is a great working document, and now we need to operationalize it to help sustain our existing energy industry and transition the industry – and workers – to a greener future. A key deliverable of the Road Map needs to be a bilateral US-Canada energy policy that addresses our cross-border energy needs and secures both the US and Canada’s energy future.”

Executive Director Strickland laid out key components of what a bilateral Canada-US energy policy would look like to the Committee which includes the establishment of a Task Force to examine the Future of Energy Jobs.

“Line 5 is crucial to our economy, and an issue we will continue to advocate for. Line 5 needs to be part of a long-term vision that focuses on building the United States and Canada’s energy future so we aren’t faced with the same hurdles; fighting to save projects or pipelines time and again. This will create more certainty for the economy, for industry and for workers,” concluded Strickland.

 [:fr]Le 18 mars 2021 – Aujourd’hui, le directeur exécutif des Syndicats des métiers de la construction, Sean Strickland, s’est adressé au Comité spécial sur les relations économiques entre le Canada et les États‑Unis de la Chambre des communes pour discuter de la révocation possible du droit de passage de la ligne 5 d’Enbridge.

« La ligne 5 doit continuer de fonctionner, sans interruption, jusqu’à ce que soit terminé le projet du tunnel des Grands Lacs, qui rendra la ligne 5 encore plus sécuritaire et créera des emplois dans la région. Si nécessaire, le gouvernement devrait envisager d’invoquer l’Accord concernant les pipe-lines de transit, signé en 1977 pour sauver la ligne 5. Cette ligne constitue une pièce seulement d’un immense casse‑tête. Il nous faut regarder l’ensemble du tableau. Nous avons besoin d’une politique bilatérale en matière d’énergie États‑Unis‑Canada dans laquelle les travailleuses et travailleurs ne seront pas oubliés, a affirmé Sean Strickland, directeur exécutif des Syndicats de métiers de la construction du Canada. Lors de leur récente rencontre, le président Biden et le premier ministre Trudeau se sont entendus sur une feuille de route pour le renouvellement du partenariat entre les États-Unis et le Canada. La feuille de route est un formidable document de travail qu’il faut maintenant rendre opérationnel afin de mieux soutenir l’industrie de l’énergie telle qu’elle existe et la conduire, elle et sa main‑d’œuvre, vers un avenir plus vert. Le produit clé attendu de la feuille de route est unepolitique bilatérale en matière d’énergie États‑Unis‑Canada qui s’intéresse aux besoins transfrontaliers en énergie et qui garantit l’avenir énergique de nos deux pays, a-t-il ajouté. »

Sean Strickland a exposé devant le Comité les éléments clés que devrait prévoir une politique bilatérale en matière d’énergie pour le Canada et les États‑Unis, notamment la création d’un groupe de travail mandaté pour examiner l’avenir des emplois dans le secteur de l’énergie.

« La ligne 5 est d’une importance cruciale pour notre économie et nous continuerons de défendre ce projet. La ligne 5 doit s’inscrire dans une vision à long terme de l’avenir énergétique des États‑Unis et du Canada pour que nous ne butions plus sur les mêmes obstacles, à lutter encore et encore pour sauver nos projets ou nos pipelines. Un vent plus fort de certitude soufflera sur notre économie, notre industrie et nos travailleuses et travailleuses », a‑t‑il dit pour conclure.[:]

Building Connections

Ex sea causae dolores, nam et doming dicunt feugait scripta aperiri postulant sed affert audire, no alienum quaestio.

This field is for validation purposes and should be left unchanged.