Canada Completes Long Road to Asbestos Ban Regulation: Pivotal to halt use in products, stop exposure

[:en]

The use of asbestos and asbestos containing products will no longer be permitted in Canada as of December 30, 2018 under regulations passed today by the Canadian government. Canada now joins over 55 countries that have banned the use of asbestos. This regulation, supported very widely in Canada, is an essential step to stop asbestos exposure and protect health of workers and the public.

“We commend the government of Canada for taking this critically important step to radically reduce future exposure of Canadians, especially workers, to the harms of asbestos,” states Theresa McClenaghan, Executive Director and Counsel, Canadian Environmental Law. “This ban marks a necessary shift in Canada’s history with asbestos use, manufacture, import and export.”

The regulation prohibits the import, use, sale, manufacture and export of asbestos and products with asbestos, and outlines permitting and reporting regimes for a narrow range of allowable uses.

“Eliminating the use of asbestos provides an opportunity for innovation to find safe alternatives to the use of asbestos, for example brake pads and asbestos cement pipes. This will create jobs in Canada,” states Alec Farquhar, Coordinator, Asbestos Free Canada. “The regulation requires accountability and reporting to the public. That’s a good thing! Stockpiles of asbestos and products containing asbestos, for example, are not allowed once the regulation is in place.”

There were approximately 530 new cases of mesothelioma in 2011 and 1900 lung cancer due to asbestos. “The number of new cancer due to asbestos continues to rise and we have to do everything possible to stop this.” said Paul Demers, Director, Occupational Cancer Research Centre.

“The Victims of Chemical Valley for Asbestos & Occupational Diseases congratulate the Canadian Government for their first step in the banning of Asbestos. First steps are always important and look forward to seeing actions around the legacy issues and the creation of building a registry and medical registry. Moving towards keeping all Canadians safe from future exposure to asbestos.” States Sandra Kinart, Chair, Victims of Chemical Valley for Asbestos & Occupational Diseases.

The regulations will result in substantial changes in asbestos use in key industry sectors such as construction and automotive, however, narrow exclusions remain for asbestos use including for a chlor- alkali plant until 2029, military equipment and nuclear facilities and reuse of mining residues and road materials.

“The Canadian Mesothelioma Foundation commends the government for taking this important action in banning asbestos in Canada. This is a wonderful first step. Those of us who have been personally touched by mesothelioma, a deadly cancer caused by exposure to asbestos, are extremely appreciative of this important development. We recognize the need to also deal with the legacy asbestos in our country, and look forward to working with the government and other stakeholders to move this forward.” said Eudice Goldberg, MD, FRCPC, Chair, Board of Directors, Canadian Mesothelioma Foundation.

“The legacy of asbestos contaminated workplaces is one we will need to address with strong enforcement measures and coordination with all Federal-Provincial-Territorial Occupational Safety and Health authorities. Best practice health and safety management systems and ongoing joint prevention efforts by workers and employers are essential if we are to protect Canadian workers from further exposures.” said Larry Stoffman, Legislative and regulatory Affairs (OSH), United Food and Commercial Workers Local 1518. “Eliminating high exposure limits (Quebec is 10 times higher than elsewhere) and phasing out continued use of asbestos mining residues will be essential steps we need to take.”

“Our members have been determined to see a ban on asbestos use in Canada for a long time – that day is finally coming” said Unifor National President Jerry Dias. “We will celebrate this announcement today, but we must never forget the people that have suffered in the past or continue to suffer today from the asbestos related disease. Our governments could have done so much more, so much earlier on.” Dias stated.

“Canada’s Building Trades Unions (CBTU) are very proud of the role that they have played in convincing the Trudeau government to agree to ban asbestos. For the sake of our members, their families, loved-ones, and all workers in general, we’ve tried to move the yardstick on this file for years. We are sincerely appreciative that the Liberals took the bold and necessary steps to make this happen!” said Arlene Dunn, Deputy Director, Canada’s Building Trades Unions. “That’s a significantly historic achievement and they are to be commended for it! We still have lots of work to do around dealing with the legacy of asbestos, which includes things like registries and regulation of all asbestos exposure locations, funding and proper training for effective remediation and, compensation for the many victims. This time around, we feel confident that we have the right partner to get it done!”

“The BC Federation of Labour applauds new federal government regulations to ban asbestos in Canada as of December 30, 2018. The legacy of asbestos-contaminated workplaces will need to addressed with strong enforcement measures and joint worker-employer prevention strategies that are coordinated with all federal, provincial and territorial occupational health and safety authorities.” said Nina Hansen, Acting Operations Manager, BC Federation of Labour.

“Canada is turning off the tap on asbestos use in our country.” states Laura Lozanski, Canadian Association for University Teachers. “There are remaining complex challenges with the legacy asbestos across Canada. It will require continued commitment and resources by our federal government, if we are to see dramatic decline in asbestos related diseases in decades to come. We encourage the government to continue its work by developing a national strategy focused on the remaining asbestos problems.”

-30-

[:fr]

L’utilisation de l’amiante et de produits qui en contiennent sera interdite au Canada à partir du 30 décembre 2018 en vertu du nouveau règlement adopté aujourd’hui par le gouvernement canadien.   Le Canada se joint à plus de 55 pays qui ont interdit l’utilisation de l’amiante. Ce  règlement, appuyé à grande échelle au Canada, est une étape essentielle pour mettre fin aux risques liés à l’exposition à l’amiante et pour protéger la santé des travailleurs et du grand public.

« Nous saluons les efforts du gouvernement du Canada qui a pris cette mesure importante pour réduire de manière radicale l’exposition future des Canadiens, surtout des travailleurs, aux méfaits liés à l’amiante », a déclaré Theresa McClenaghan, directrice générale et conseillère juridique de l’Association canadienne du droit de l’environnement.   « Cette interdiction marque un virage essentiel  dans l’historique de l’utilisation, de la fabrication, de l’importation et de l’exportation de l’amiante au Canada. »

Le règlement interdit l’importation, l’utilisation, la vente, la fabrication et l’exportation de l’amiante et de produits qui contiennent de l’amiante et définit les régimes de délivrance et de déclaration pour une gamme restreinte d’utilisations autorisées.

« L’élimination de l’utilisation de l’amiante est une occasion d’innovation et de recherche pour trouver des alternatives sécuritaires à l’utilisation de l’amiante, par exemple dans les plaquettes de frein et les tuyaux en amiante-ciment.  Cela créera des emplois au Canada », a déclaré Alec Farquhar, coordonnateur d’Asbestos Free Canada.  C’est une très bonne chose !  Les réserves d’amiante et de  produits qui contiennent de l’amiante ne seront plus permises après l’entrée en vigueur du règlement ».

En 2011, il y a eu environ 530 nouveaux cas de mésothéliome et 1900 cas de cancer du poumon dus à une exposition à l’amiante.  « Le nombre de nouveaux cancers liés à l’amiante ne cesse d’augmenter et nous devons déployer tous les efforts possibles pour mettre fin à cette augmentation », a expliqué  Paul Demers, directeur du Occupational Cancer Research Centre.

« Les victimes des maladies professionnelles liées à l’amiante de Chemical Valley (Sarnia) félicitent le gouvernement canadien pour cette première étape vers l’interdiction de l’amiante.  Les premières étapes sont importantes et préparent les mesures à prendre pour régler les problèmes laissés par l’amiante et mettre en place un registre de bâtiments et un registre médical.  À partir de maintenant, les Canadiens seront mieux protégés contre les risques futurs d’exposition à l’amiante », a déclaré Sandra Kinart, présidente de Victims of Chemical Valley for Asbestos & Occupational Diseases.

Le règlement modifiera de manière importante l’utilisation de l’amiante dans certaines industries clés, comme la construction et le secteur de l’automobile; cependant, quelques exclusions seront permises, notamment pour l’usine de chlore et de soude caustique jusqu’en 2029, pour les installations nucléaires et les équipements militaires et pour la réutilisation de résidus miniers et de matériaux de construction de route.

« La Canadian Mesothelioma Foundation félicite le gouvernement pour l’adoption de cette importante mesure interdisant l’amiante au Canada.  C’est une première étape vraiment formidable.  Ceux parmi nous qui ont été touchés personnellement par le mésothéliome, un cancer mortel causé par l’exposition à l’amiante, sont très heureux de ce développement.  Nous reconnaissons le besoin de traiter le problème de la présence continue de l’amiante dans notre pays et nous nous espérons collaborer avec le gouvernement et les autres intervenants pour faire avancer ce dossier », a souligné Eudice Goldberg, MD, FRCPC, présidente du conseil d’administration de la Canadian Mesothelioma Foundation.

« La présence de l’amiante dans les milieux de travail contaminés est un problème que nous devons traiter avec des mesures appliquées rigoureusement et en coordination avec les autorités fédérales, provinciales et territoriales, responsables de la santé et de la sécurité au travail. Les meilleures pratiques, les systèmes de gestion de la santé et de la sécurité et les initiatives de prévention conjointes, impliquant les travailleurs et les employeurs, sont essentiels si nous souhaitons protéger les travailleurs canadiens contre les risques  d’exposition », a déclaré Larry Stoffman, Affaires législatives et réglementaires (Santé et sécurité au travail), Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce, section  locale 1518.  « L’élimination des limites élevées d’exposition (ces limites sont 10 fois plus élevées au Québec qu’ailleurs) et l’élimination progressive des résidus miniers contenant de l’amiante constituent des mesures essentielles que nous devons prendre. »

« Nos membres travaillent depuis longtemps pour assurer l’interdiction de l’amiante au Canada – ce jour est enfin arrivé », a déclaré le président d’Unifor, Jerry Dias.  « Aujourd’hui, nous nous réjouissons de cette annonce, mais nous ne devons jamais oublier les personnes qui ont souffert et qui continuent à souffrir aujourd’hui de maladies liées à l’amiante.  Nos gouvernements auraient pu intervenir plus tôt et de manière plus importante », a précisé M. Dias.

“Les Syndicats des métiers de la construction du Canada (SMCC) sont fiers du rôle qu’ils ont joué pour convaincre le gouvernement Trudeau d’interdire l’amiante.  Pour la santé de nos membres, de leurs familles, des personnes qui leur sont chères et de tous les travailleurs en général, nous avons toujours essayé, dans ce dossier, de mettre la barre assez haut.  Nous sommes heureux de voir que le parti libéral a pris les mesures audacieuses et nécessaires pour réaliser cette interdiction! », a dit Arlene Dunn, directrice adjointe, des Syndicats des métiers de la construction du Canada.  « Il s’agit d’une importante réalisation historique et nous saluons les efforts du gouvernement !  Il reste beaucoup de travail à faire pour régler les problèmes liés à l’amiante qui perdurent, notamment la création de registres et de règlements concernant les lieux où il y a un risque d’exposition à l’amiante, le financement et la formation appropriée pour la remise en état efficace et l’indemnisation des nombreuses victimes.  Nous sommes convaincus que nous avons maintenant le bon partenaire pour réaliser tout ce travail ! »

La Fédération du travail de la Colombie-Britannique se réjouit du nouveau règlement interdisant l’amiante au Canada qui entrera en vigueur le 30 décembre 2018.  Les lieux de travail contaminés à l’amiante est un problème qui exigera de solides mesures de mise en application et des stratégies de prévention conjointes mises en place par les travailleurs et les employeurs qui devront être coordonnées par toutes les autorités fédérales, provinciales et territoriales responsables de la santé et de la sécurité au travail », a déclaré Nina Hansen, directrice intérimaire des opérations, à la Fédération du travail de la Colombie-Britannique.

« Le Canada met fin à l’utilisation de l’amiante dans notre pays”, a précisé Laura Lozanski, de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université.  « Il reste encore de nombreux défis très complexes en raison de la présence continue de l’amiante au Canada.  Il incombe au gouvernement fédéral d’offrir davantage d’implications et de ressources afin que nous puissions vaincre les maladies liées à l’amiante dans les décennies à venir.  Nous encourageons le gouvernement à poursuivre ce travail et à adopter une stratégie nationale axée sur les problèmes liés à l’amiante, toujours présente dans notre société ».

-30-

[:]

Construire des connexions