LES SYNDICATS DES MÉTIERS DE LA CONSTRUCTION DU CANADA DEMANDENT AU GOUVERNEMENT DE FAIRE CE QU’IL FAUT POUR SAUVER LA LIGNE 5

Mar 18, 2021

Le 18 mars 2021 – Aujourd’hui, le directeur exécutif des Syndicats des métiers de la construction, Sean Strickland, s’est adressé au Comité spécial sur les relations économiques entre le Canada et les États‑Unis de la Chambre des communes pour discuter de la révocation possible du droit de passage de la ligne 5 d’Enbridge.

« La ligne 5 doit continuer de fonctionner, sans interruption, jusqu’à ce que soit terminé le projet du tunnel des Grands Lacs, qui rendra la ligne 5 encore plus sécuritaire et créera des emplois dans la région. Si nécessaire, le gouvernement devrait envisager d’invoquer l’Accord concernant les pipe-lines de transit, signé en 1977 pour sauver la ligne 5. Cette ligne constitue une pièce seulement d’un immense casse‑tête. Il nous faut regarder l’ensemble du tableau. Nous avons besoin d’une politique bilatérale en matière d’énergie États‑Unis‑Canada dans laquelle les travailleuses et travailleurs ne seront pas oubliés, a affirmé Sean Strickland, directeur exécutif des Syndicats de métiers de la construction du Canada. Lors de leur récente rencontre, le président Biden et le premier ministre Trudeau se sont entendus sur une feuille de route pour le renouvellement du partenariat entre les États-Unis et le Canada. La feuille de route est un formidable document de travail qu’il faut maintenant rendre opérationnel afin de mieux soutenir l’industrie de l’énergie telle qu’elle existe et la conduire, elle et sa main‑d’œuvre, vers un avenir plus vert. Le produit clé attendu de la feuille de route est unepolitique bilatérale en matière d’énergie États‑Unis‑Canada qui s’intéresse aux besoins transfrontaliers en énergie et qui garantit l’avenir énergique de nos deux pays, a-t-il ajouté. »

Sean Strickland a exposé devant le Comité les éléments clés que devrait prévoir une politique bilatérale en matière d’énergie pour le Canada et les États‑Unis, notamment la création d’un groupe de travail mandaté pour examiner l’avenir des emplois dans le secteur de l’énergie.

« La ligne 5 est d’une importance cruciale pour notre économie et nous continuerons de défendre ce projet. La ligne 5 doit s’inscrire dans une vision à long terme de l’avenir énergétique des États‑Unis et du Canada pour que nous ne butions plus sur les mêmes obstacles, à lutter encore et encore pour sauver nos projets ou nos pipelines. Un vent plus fort de certitude soufflera sur notre économie, notre industrie et nos travailleuses et travailleuses », a‑t‑il dit pour conclure.