SMCC jette un coup d’œil sur les plateformes du parti

Oct 11, 2019

L’élection fédérale, fixée au 21 octobre, approche rapidement.  À chaque élection, les partis annoncent des politiques dans diverses catégories qui intéressent les Canadiens, dans l’intention de gagner leurs votes.  Selon un sondage Ipsos, publié le 3 octobre, les soins d la santé demeurent la priorité chez les Canadiens (37 %) suivis par les changements climatiques (30 %).

Selon les sondages publiés jusqu’à ce jour, aucun parti politique ne détient une avance claire et les résultats risquent d’être très serrés.  Les électeurs – surtout ceux faisant partie de l’industrie de la construction syndiquée – doivent porter une attention spéciale aux politiques annoncées par chaque parti pour déterminer dans quelle mesure celles-ci s’alignent avec leurs priorités.  Voici  un aperçu des engagements annoncés par les différents partis par rapport à l’industrie :

Parti libéral

  • Tous les bâtiments fédéraux fonctionneront à l’électricité propre d’ici 2022 ;
  • Émissions nettes zéro dans ces bâtiments d’ici 2050 ;
  • Prêts sans intérêt pour les Canadiens allant jusqu’à 40 000 $ pour la rénovation écoénergétique de leur maison ;
  • Création d’une subvention nette zéro allant jusqu’à 5 000 $ pour les Canadiens qui achètent des maisons certifiées émissions zéro ; et
  • Investissement de 100 millions de dollars dans la formation technique, assurant une main-d’œuvre qualifiée suffisante pour se charger des audits énergétiques, de la rénovation écoénergétique et de la construction de maisons à consommation énergétique nette zéro (source) ;
  • Investissement de 100 millions de dollars dans la formation technique, assurant une main-d’œuvre qualifiée suffisante pour poursuivre les audits énergétiques, la rénovation écoénergétique et la construction de maisons à consommation énergétique nette zéro (source) ;
  • Introduction d’une Prestation d’assurance carrière qui entrera en vigueur après la fin des prestations d’assurance-emploi, ce qui augmentera de 20 % la rémunération assurable au cours de la première année après une mise à pied et de 10 % au cours de la deuxième année (source) ;
  • Prolongation des prestations de maladie de 15 à 26 semaines (source) ;
  • Création d’un nouveau congé fédéral, le Jour de la famille (source) ;
  • Création d’un Service canadien d’apprentissage offrant jusqu’à 10 000 $ par apprenti pendant quatre ans pour chaque nouveau poste créé ;
  • Création d’un Fonds national pour l’accessibilité au lieu de travail de 40 millions de dollars par année, dont l’objectif sera de rendre plus accessibles les PME ;
  • Mise en place d’un régime universel d’assurance-médicaments (source) ;
  • Création de l’Agence canadienne des médicaments pour les achats (source) ;
  • Engagement d’émissions nettes zéro d’ici 2050, avec des objectifs juridiquement contraignants à atteindre tous les cinq ans (source) ;
  • Tous les bâtiments fédéraux fonctionneront à l’énergie propre d’ici 2022 (source) ;
  • Investissement des profits découlant de la vente du Projet d’expansion Trans Mountain dans des projets d’énergie propre et de solutions en matière de climat ;
  • Installation jusqu’à 5 000 bornes de chargement pour les véhicules ;
  • Investissements fédéraux obligatoires dans le transport en commun (autobus et trains) à émissions zéro, à partir de 2023 ;
  • Création d’un Fonds national d’infrastructures et soutien de projets comme le projet de transport permanent entre Terre-Neuve et Labrador.

 

 

Parti Conservateur

  • Création d’un crédit d’impôt de 20 % sur le revenu remboursable pour les rénovations écoénergétiques de maisons jusqu’à un maximum de 3 800 $ par foyer ;
  • Abrogation du Projet de loi C-69 (source) ;
  • Négociations sur les changements réglementaires qui augmenteront l’efficacité énergétique du camionnage transfrontalier tout en promouvant la recherche et le développement dans les modes de transport écoénergétiques (source) ;
  • Élimination de la Banque de l’infrastructure, créée par les Libéraux ;
  • Priorisation de projets d’infrastructure comme la Ligne Ontario et la prolongation du métro Yonge en Ontario ; projet de remplacement du tunnel George-Massey en Colombie-Britannique ; et un troisième pont pour traverser le fleuve Saint-Laurent au Québec (source).

 

 

NDP

  • Investissements de plus de 15 milliards de dollars au cours du premier mandat dans un plan climatique comprenant 2,5 milliards de dollars pour soutenir les emplois à énergie propre et les rénovations écoénergétiques efficaces de bâtiments et de maisons ;
  • Création de 300 000 emplois en Énergie propre au cours des quatre prochaines années ;
  • Tous les bâtiments fédéraux devront fonctionner à l’énergie propre et atteindre l’objectif de la neutralité en carbone d’ici 2030 ;
  • Toutes les nouvelles constructions au Canada à partir de 2030 doivent atteindre « l’énergie nette zéro » au moyen de modifications apportées au Code national du bâtiment ;
  • Engagements en matière de formation et de requalification des travailleurs spécialisés (mais sans détails sur les dépenses associées) ;
  • Investissements pour améliorer l’accès à l’apprentissage pour que les femmes, les Canadiens racialisés, les populations indigènes et autres groupes puissent facilement accéder à des carrières dans les métiers ; et
  • Réforme de l’assurance-emploi (AE) fixant le seuil d’admissibilité à 360 heures afin de couvrir plus de travailleurs tout en créant un nouveau fonds de développement et d’opportunités pour les travailleurs afin d’étendre les options de formation au-delà de ceux qui sont déjà admissibles à l’AE (source) ;
  • Interdiction d’organiser des stages non rémunérés hors des programmes de formation pédagogiques (source) ;
  • Création d’un régime national d’assurance-médicaments pour assurer une couverture publique universelle pour tous les Canadiens d’ici 2020 (source) ;
  • Abandon du projet d’expansion du pipeline Trans Mountain (source) ;
  • Réduction des émissions à effet de serre au Canada à 450 mégatonnes d’ici 2030, une réduction de 37 % par rapport aux niveaux de 2017 (source) ;
  • Définition d’un objectif en matière de rénovation écoénergétique du parc immobilier au Canada d’ici 2050, par l’octroi de prêts à faible taux d’intérêt qui seront remboursables au moyen d’économies énergétiques pour payer diverses rénovations domiciliaires, comme l’isolation, les fenêtres, les pompes thermiques et autres technologies renouvelables (source) ;
  • Modernisation et expansion du transport en commun dans les communautés à travers le Canada afin d’assurer que le financement fédéral en matière de transport commun favorise les projets à faible émission de carbone (source) ;
  • Définition d’un objectif en matière de conversion de l’énergie électrique en énergie sans carbone d’ici 2030 et passage aux centrales électriques 100 % sans émission d’ici 2050 (source) :
  • Élimination des subventions sur les combustibles fossiles immédiatement (source) :
  • Création d’un mécanisme de financement par allocation, permanent et direct, pour moderniser et d’étendre le transport en commun ans les communautés partout au Canada (source) ;
  • Offre d’un financement à bon prix aux gouvernements locaux pour soutenir l’électrification du transport en commun et d’autres parcs de véhicules municipaux d’ici 2030 (source) ;
  • Création d’une nouvelle Banque canadienne du climat, avec une capitalisation de 3 milliards de dollars provenant du gouvernement fédéral et dont le mandat sera de stimuler les investissements dans l’économie à faible carbone, d’accélérer l’adoption d’une technologie propre, de créer des emplois de qualité et soutenir le développement économique local (source) ;
  • Création de parcs de véhicules pour le gouvernement fédéral entièrement électriques d’ici (source) ;
  • Aide apportée aux propriétaires de maison pour couvrir les coûts d’installation d’une borne de chargement (source) ;
  • Expansion des réseaux de chargements des véhicules à zéro émission à travers le pays (source)
  • D’ici 2040, les nouveaux véhicules automobiles vendus devraient tous être à zéro émission (source) ;
  • Les projets d’infrastructure comportant des risques sur le plan environnemental au Québec doivent être soumis aux procédures d’évaluation environnementale du Québec (source) ;
  • Financement des infrastructures publiques à l’aide « d’ententes de retombées communautaires » garantissant des emplois, de la formation, de l’apprentissage et le soutien des entreprises locales qui font partie des projets  (source) ;
  • Augmentation du financement pour les communautés pour adapter les infrastructures capables de résister aux changements climatiques comme les inondations et les incendies ; aucun montant précisé (source) .

Arlene Dunn, directrice

Métiers de la construction du Canada