Les SMCC célèbrent la Journée nationale des peuples autochtones et renouvellent leur engagement en faveur du rapport de la Commission de vérité et réconciliation

Juin 21, 2019

En juin 2009, le gouvernement du Canada a nommé le mois de juin le Mois national de l’histoire autochtone, mais avant cette désignation, le 21 juin était désigné la Journée nationale des peuples autochtones.  Ces deux désignations nous donnent l’occasion de réfléchir sur la longue histoire des Premières Nations, des Inuits et des Métis.  Les Syndicats des métiers de la construction du Canada (SMCC), en ce mois juin, souhaitent souligner la présence des Autochtones au sein des Métiers de la construction et réaffirmer notre engagement à construire des ponts et à faire tomber les barrières.

« Le rapport de la Commission de vérité et réconciliation nous encourage à réparer les séquelles laissées par les pensionnats indiens et à promouvoir le processus de réconciliation au Canada par des appels à l’action visant à réunir tous les Canadiens dans l’intérêt du bien commun.  Nous avons tous un rôle à jouer ; au sein de nos 15 syndicaux internationaux, ce rôle a été d’assurer que les Autochtones jouissent d’un accès équitable aux emplois, à la formation, à des carrières durables dans les métiers spécialisés et aux retombées à long terme du développement économique », explique Arlene Dunn, directrice des SMCC.

« Comme dans la plupart des autres secteurs de l’industrie, le nombre d’Autochtones qui participent à des projets de construction n’est pas représentatif de la population entière », poursuit Madame Dunn. « Nous travaillons en collaboration avec les peuples autochtones, les représentants gouvernementaux et les parties prenantes de l’industrie pour changer cette situation.  Nos dirigeants, nos syndicaux locaux et nos centres de formation investissent des efforts en faveur de la réconciliation en s’engageant dans des relations significatives axées sur la consultation et le respect. Dans nos conventions collectives, nous négocions et appuyons des plans d’équité en matière d’emploi pour les travailleurs autochtones, ce qui crée de la valeur au niveau stratégique  – par l’élimination des barrières et des pratiques d’embauche discriminatoires. Notre programme Bâtir ensemblevient de lancer le premier Chapitre des peuples autochtones au sein des Métiers de la construction de la Saskatchewan dont l’objectif est d’encourager les jeunes Autochtones à s’inscrire dans des programmes d’apprentissage », explique Arlene Dunn.

Cette année, le Canada se joint à d’autres nations pour célébrer l’Année internationale des langues autochtones, proclamée par l’UNESCO, pour souligner les difficultés et les défis liés à la préservation et à la revitalisation des langues autochtones menacées de disparition.  Le gouvernement du Canada a déposé le Projet de loi C-91La loi concernant les langues autochtones,  visant la réappropriation, la revitalisation, la préservation et le renforcement des langues des Premières Nations, des Métis et des Inuits.  Il s’agit d’un jalon historique et une étape qui nous rapproche de la guérison et de la réconciliation avec les peuples autochtones.

« Je vous encourage à vous familiariser avec le rapport de la Commission de vérité et réconciliation, à consulter le site web Bâtir ensembleet à penser à des moyens pour soutenir des appels à l’action visant à bâtir un meilleurCanada », conclut Arlene Dunn.

-30-