Message de Noël de Robert Blakely

Déc 24, 2018

Nous désirons vous offrir nos meilleurs vœux et salutations pour le temps des Fêtes ainsi que nos souhaits de bonheur et de santé pour le Nouvel An ! Lorsque je revois l’année qui s’achève, je comprends combien les hommes et les femmes des SMCC ont mis à contribution leurs métiers spécialisés pour construire, maintenir et remettre à neuf les infrastructures du pays. C’est votre travail qui a bâti le Canada depuis plus d’un siècle et c’est le travail que vous ferez qui permettra à nos enfants de rêver de conduire une excavatrice ou de passer du jeu de Lego aux structures et aux bâtiments réels. Ce travail se poursuivra bien au-delà de 2019.

En passant par la restauration des centrales nucléaires de Bruce Power et Darlington jusqu’aux projets de génération hydrologique de Muskrat Falls et de Keeyask Hydroeletric , la construction des trains légers, de complexes hospitaliers et de projets résidentiels, les travailleurs de la construction partout au pays se présentent au travail jour après jour au profit et pour la prospérité de tous. Toutes les travailleuses et tous les travailleurs, indépendamment de leur origine, groupe ethnique, religion, genre, orientation sexuelle ou âge méritent notre respect. Ils gagnent notre respect par leur travail qui renforce le tissu de nos sociétés, par leurs contributions à l’économie et par le soutien à nos collectivités. Tous méritent le respect dans les lieux de travail afin qu’ils puissent se présenter au travail pour pratiquer le métier qui leur est cher, gagner un salaire juste et être libres de tout harcèlement ou discrimination.

À l’ère des mouvements de contestation comme #Me Two qui dévoilent au grand jour tant d’iniquités et de barrières que les femmes doivent sans cesse surmonter, il ne faudrait pas se leurrer en croyant que de tels problèmes n’existent pas dans l’industrie de la construction. De nos jours les femmes ne représentent que 4% des effectifs dans le domaine de la construction. Ce nombre est beaucoup trop bas surtout si nous comptons remplacer les baby-boomers qui partent à la retraite. Nous devons combler cette lacune coûte que coûte et pour ce faire nous devons faire du recrutement auprès de groupes de personnes qui historiquement n’ont jamais fait partie de notre industrie. Nous n’y arriverons pas sans reconnaître l’existence de barrières réelles qui excluent certains groupes. À ce jour, grâce aux initiatives comme Bâtir ensemble, les programmes de financement gouvernemental et les interventions de nos clients et de nos employeurs, nous sommes en train d’ouvrir grand les portes aux femmes, peuples autochtones, nouveaux arrivants et jeunes qui s’intègrent de plus en plus dans les métiers de la construction. Nous avons inclus dans conventions collectives axées sur les retombées communautaires des dispositions sur les espaces désignés et les pratiques d’embauche pour assurer une plus grande diversité parmi les effectifs et les apprentis qui auront désormais la possibilité de poursuivre des carrières à vie bien rémunérées. Le prochain défi sera d’augmenter la statistique de 4% tout en assurant l’inclusion de femmes provenant des minorités qui doivent se sentir en sécurité et respectées sur les chantiers. Elles doivent comprendre que le harcèlement à leur égard ne sera nullement toléré et que les mesures appropriées seront prises. Une telle garantie n’est pas entièrement établie aujourd’hui, car trop de personnes craignent toujours les représailles, l’aliénation et d’autres conséquences tout aussi néfastes.

Aujourd’hui, être admis aux métiers est beaucoup moins un problème que de survivre dans les métiers. Nous ne pouvons plus nous contenter d’être des spectateurs passifs. Cherchez-vous ce que vous pouvez faire pour améliorer la situation? Essayez de faire introduire le programme de formation, Les lieux de travail respectueux, dans vos centres de travail ou sur les chantiers. Demandez à un collègue ou une collègue de travail que vous soupçonnez d’être victime de harcèlement si tout va bien.

Nous sommes maçons, tuyauteurs, électriciens, soudeurs, opérateurs de grue, chauffeurs de camion, gréeurs, isolateurs, techniciens de ligne de transport, plâtriers, constructeurs d’élévateurs, peintres et vitriers professionnels qui assurent le progrès et la prospérité de ce pays depuis plus d’un siècle. Pour poursuivre notre rôle de bâtisseurs, nous devons changer nos façons de faire. Cela veut dire de cesser de tolérer les blagues grivoises qui mettent trop de personnes mal à l’aise lorsqu’elles vont à la cantine pour manger. Il faut cesser de cacher nos problèmes sous le boisseau. Nous devons les avouer afin de trouver de vrais remèdes qui vont ouvrir les métiers de la construction à tous. C’est à ce moment que nous poursuivrons notre bel objectif de bâtir le Canada.

2019 s’annonce comme une année de grand achalandage avec la croissance des investissements en infrastructures et dans le secteur de l’énergie sans oublier les projets de grande envergure qui se pointent à l’horizon. Nous faisons pression sur le gouvernement pour la construction du pipeline qui permettra à l’Alberta d’exporter ses ressources vers les marchés externes et diminuera notre dépendance sur le pétrole étranger, le tout dans un contexte de respect environnemental. Il faut que nous soyons bien éclairés sur les grands enjeux afin de faire élire aux prochaines élections fédérales des députés qui nous respectent et qui désirent travailler avec nous pour faire progresser notre pays. Nous devons veiller à ce que 2019 soit une année mémorable quand le mouvement # Me Two ne sera qu’un vague souvenir de 2018 et que toutes les travailleuses et tous les travailleurs se sentiront respectés et égaux sur les chantiers de travail et quand notre travail comme bâtisseurs du pays sera reconnu par tous.

Au nom de Conseil exécutif des Syndicats des métiers de la construction du Canada, de notre personnel et de plus de 500 000 membres qui bâtissent le pays où ils vivent et travaillent, nous vous souhaitons de très joyeuses fêtes et tout ce qu’il y a de mieux en 2019.

Robert R. Blakely
Chef des opérations canadiennes
Syndicats des métiers de la construction du Canada