SMCC sont résolus à travailler avec les collectivités autochtones dans le cadre d’une nouvelle initiative

Mai 17, 2017

OTTAWA, le 17 mai 2017 /CNW/ – Les Syndicats des métiers de la construction du Canada (SMCC) ont pris aujourd’hui la résolution d’offrir des possibilités de carrière dans les métiers spécialisés de la construction à des groupes sous-représentés de la population, notamment les peuples des Premières Nations, les Métis et les Inuits (PNMI). De plus, les SMCC se sont engagés à organiser des consultations constructives avec les communautés autochtones et à bâtir avec elles des relations respectueuses, et ils continueront à favoriser une meilleure compréhension culturelle ainsi qu’à soutenir un environnement fondé sur l’inclusion et le respect.

La résolution soumise lors de la conférence annuelle tenue mardi et présentée par Darrell LaBoucan, directeur général des affaires canadiennes, Association internationale des travailleurs de ponts, de fer structural et ornemental, adopte les principes de l’Appel à l’action 92 de la Commission de vérité et réconciliation.

C’est le premier pas d’une initiative visant le recrutement et la rétention de travailleurs issus des groupes sous-représentés de la population au sein de la main-d’œuvre. Dans la foulée du travail immense effectué auprès des femmes dans les métiers de la construction, les SMCC poursuivront leur rôle de sensibilisation en faveur des peuples autochtones, de la nouvelle génération de travailleurs spécialisés de la construction et des nouveaux Canadiens.

« Cette initiative est importante pour l’avenir des métiers de la construction de même que pour l’ensemble des travailleurs du Canada, a déclaré Lindsay Amundsen. Nous devons recruter et retenir une main-d’œuvre qui est le reflet du pays où nous vivons. Nous sommes très fiers du travail accompli auprès des femmes dans le secteur des métiers de la construction et espérons créer un environnement de travail encore plus inclusif, où tout le monde est respecté. »

Les faits saillants du programme sont détaillés sur le site Bâtir ensemble :

Peuples autochtones : Le gouvernement du Canada a investi dans les dépenses en infrastructure afin de bâtir de meilleures collectivités partout au pays. Il n’y a pas de meilleure façon de contribuer à l’atteinte de ces objectifs qu’en visant la participation des peuples autochtones et de les traiter en tant que bâtisseurs du Canada, ce qu’ils ont toujours été.

Nouvelle génération : De nombreux jeunes diplômés universitaires, criblés de dettes, ont de la difficulté à trouver un emploi. Nous voulons nous assurer que les jeunes sont au courant des grandes possibilités d’une carrière assurée, bien remplie et bien payée au sein des métiers de la construction.

Nouveaux Canadiens : En outre, chaque année, plus de 250 000 nouveaux résidents permanents sont admis au pays. Ces nouveaux venus sont une partie importante de l’économie du Canada et ont un potentiel énorme quant à la contribution à la croissance future de notre pays dans l’industrie de la construction.

Femmes : Le programme initial Bâtir ensemble visait à dissiper les mythes existants relativement aux carrières dans la construction et continue d’engager un dialogue percutant sur la manière d’embaucher des femmes dans le secteur. Un certain nombre de conseils provinciaux ont créé des plateformes où les femmes exerçant des métiers et l’industrie peuvent réseauter et appuyer cette cause.

SOURCE Département des métiers de la construction, FAT-COI